سلسلة أوراق العمل

عودة


Co-construction de projets d'école ? Mobilisation et participation autour d’espaces scolaires au Liban

03/31/2021
Auteur: Cynthia Azzam
 
Numéro: Document de travail N. 17
 
Date: Mars 2021
 
Résumé:

Par sa composition, la communauté éducative au Liban est « une réalité plurielle » (écoles privées laïques, écoles privées religieuses, écoles publiques, etc.). De ce fait, la participation parentale est loin de faire l’unanimité dans la pratique : dans plusieurs établissements, elle se vit à « faibles doses ». En effet, le manque d’initiatives et l’absence de motivation des usagers pour s’engager en faveur de leur école laissent entrevoir des défaillances au niveau du secteur éducatif qui se traduisent par le manque de communication (et de collaboration) des directions d’écoles avec les usagers (parents, enseignants et élèves). Cependant, depuis la promulgation, le 21 août 2017, de la loi 46 (qui prévoit l’augmentation des salaires des enseignants privés et publics), les parents ont cherché de plus en plus à « se faire entendre » notamment à travers des manifestations, grèves, formation d’unions, lancement de procédures juridiques, etc. Ces faits m’ont donc poussée à orienter ma recherche sur les questions suivantes : Quelles sont les formes de mobilisations parentales possibles dans le contexte actuel ? Quels sont les facteurs qui encouragent les parents et les membres des communautés locales à s’investir dans la gestion de leur école ?

En m’attelant à ces questions, je cherche donc à répertorier les pratiques en faveur de projets « très courts » (engagements ponctuels non affiliés) ou même selon des perspectives à long terme qui « mobilisent » les parents autour du projet d’école.

Mots clés:

Paysage scolaire, Action collective, Participation parentale, Co-construction

 

 
 
A propos de l'auteur

Cynthia Azzam, architecte et chercheuse, est titulaire d’un diplôme en architecture et d’un Master recherche en Sciences de l’Architecture et du Paysage de l’Université Libanaise. Elle a un doctorat en Architecture et Aménagement de l’Université Libanaise en cotutelle avec l’Université Paris-Saclay. Sa thèse porte sur l’architecture des écoles au Liban et leur inégale répartition spatiale. Elle publie en 2017 un article intitulé « la reconstruction du paysage scolaire libanais : entre inégalité territoriale et mauvaise gestion » (International Journal of Spaces and Urban Territory, Tunisie), et un autre en 2018 sur « La reconquête de Beyrouth pour les enfants et les adolescents au prisme des infrastructures scolaires » (Enfants, Familles, Générations, Montréal). Elle reçoit en 2018 la bourse postdoctorale Bassem Chit pour l’étude du militantisme lancée par Lebanon Support, en partenariat avec le Conseil Arabe pour les Sciences Sociales, l’Orient-Institut Beirut, et le Bureau Rosa-Luxemburg-Stiftung de Beyrouth. Elle occupe depuis fin 2019 un poste de chercheuse à l’ONG NAHNOO.

* Le droit d'auteur de cette œuvre appartient à l'auteur.

 

 

ترك تعليق

إذا كنتم ترغبون في الانتساب إلى المجلس العربي للعلوم الاجتماعية، يمكنكم مراجعة صفحة العضوية للاطلاع على أنواع العضوية وكيفية تقديم طلب الانتساب.